Comment rédiger pour le Web (2/2)

web comment rediger

(Partie 2 : l'écriture)

Dans la première partie, nous avions abordé le travail préparatoire requis avant de se lancer dans l’écriture proprement dite. Cette fois, nous allons aller au cœur du sujet qui nous intéresse : l’écriture de l’article. Ce n’est plus le moment de douter, il faut se lancer, alors prenez votre plume (enfin plutôt votre clavier) et foncez.

Ecrire pour le Web

web redaction

En ce qui concerne l’écriture proprement dite, le web ne diffère guère du papier. Les techniques sont les mêmes. Des phrases courtes, concises, une info hiérarchisée, un texte aéré.  Ce qui est différent toutefois, ce sont les contraintes liées au média. Le web privilégie les textes courts (le temps de lecture sur le web est 25 % moins important que sur le papier), et il faut tenir compte du référencement naturel. Rassurez-vous, on écrit avant tout pour les humains, mais en étant intelligible aussi par Google. Mais nous autres humains n’en avons pas moins un comportement « robotisé » sur le net. Les études montrent en effet que lorsque le lecteur arrive sur une page web, son œil « scanne » littéralement la page en quelques 3/10 ème de secondes. Un temps suffisant pour l’ « analyser » et se faire une idée. L’avantage du web par rapport au papier, est que l’on peut toujours modifier un article publié. Dans la presse, à l’inverse, après le bouclage il n’y a plus de changement possible. Donc vous voyez bien qu’il n’y a pas de raison de paniquer. Avec une pratique régulière, on acquiert une aisance rédactionnelle que l’on ne soupçonnait pas au début.

Titre et chapô

La « titraille » et le « chapô » sont des éléments déterminants de votre article. Ce qu’on appelle un  » chapô « , en langage journalistique, représente les trois ou quatre lignes d’introduction en début d’article. Entre le titre et le chapô, le lecteur doit se faire en un clin d’œil une idée précise de ce dont il est question, tout en ayant envie d’en poursuivre la lecture. Ce qui implique que toutes les informations importantes doivent y figurer. Ces deux éléments doivent en outre contenir le ou les mots clés que vous avez choisi. Gardez bien à l’esprit que le titre et le chapô sont les premières choses que verront les lecteurs lorsqu’ils « scanneront » votre article. Ils doivent attirer l’attention et surtout la retenir. Le titre doit donc être percutant et contenir l’information principale. Le chapô quant à lui doit être court, concis et résumer les grandes lignes de l’articles. C’est un exercice de style au cours duquel il est fréquent de procéder à des changements, des ajustements, et cela jusqu’au dernier moment. Il vaut mieux s’attaquer au titre en dernier après avoir rédigé l’article. Mais il peut arriver d’avoir le titre en tête dés le départ avant même d’avoir commencé la rédaction. Néanmoins, le fait de s’y pencher à la fin présente l’avantage d’avoir terminé l’écriture de l’article, donc d’en avoir digéré tous les tenants et les aboutissants.

ecrire articles pour blog
conseils ecriture web

Interrogatifs, accrocheurs, drôles, informatifs, décalés … Il y a mille et une façon de faire sa titraille…
La seule règle qui ne puisse pas être transgressée est celle de la longueur. Un titre trop long est sans doute pire qu’un repoussoir. Le titre « tuto chiffré » est assez efficace surtout au début, du type « 5 bonnes raisons de référencer votre site ». Ces types de titres sont très prisés sur le web à l’instar des médias anglo saxons qui en sont très friands.

Il faut également savoir que le titre a également une incidence sur le référencement, car il sera particulièrement scruté par les robots du moteur de recherche. De plus, il revêt une importance particulière dans le cadre d’une stratégie utilisant les réseaux sociaux. En effet, pour Facebook ou Twitter, le texte affiché est très court et le titre est déterminant pour obtenir des « j’aime » et des « partages ».

Pour le référencement, votre titre doit être en <H1>, ce qui indique à Google qu’il s’agit du titre principal et unique (une seule balise <H1> par page). Les navigateurs affichent les titres de manière hiérarchisée par rapport à leur importance de <H1>, le plus important, à <H6> le plus petit. Concrètement, la hiérarchie s’illustre par la taille des police, la plus grande est pour le <H1> et ainsi de suite…

En résumé, soignez particulièrement ces deux éléments de votre article, car ce sont ces derniers qui vont jouer un grand rôle pour attirer le visiteur et lui donner envie d’en poursuivre la lecture jusqu’au bout. Dites-vous que les 3/4 des utilisateurs vont lire votre titre, et 1/4 va poursuivre la lecture. Vous comprenez mieux son importance maintenant ?

Le texte

  • Des paragraphes courts séparés par des titres en <h2>, <h3> ainsi de suite… Une présentation claire et aérée. Évitez les contenus trop « tassés » qui sont décourageants pour le lecteur. Chaque paragraphe doit contenir une idée forte, illustrée par un mot clé présent au moins une fois dans le corps du texte ainsi que dans le titre.
  • Ne cédez pas à la tentative de bourrer votre texte de mots clés, ce serait carrément contre productif au niveau référencement et très insipide pour le lecteur.
  • Pour la structure du texte, pensez à la forme d’une pyramide inversée : les informations les plus importantes doivent figurer au début de l’article, et les informations secondaires viennent ensuite dans un ordre hiérarchique. C’est la méthode des agences de presse (AFP, Reuters). Cette technique qui nous vient d’Outre Atlantique est très utilisée sur le web, car elle semble mieux correspondre à la façon de lire les articles sur ce média.
  • Plus simplement, vous allez tenter de répondre aux cinq questions que tout le monde se pose :
    Qui ? Quoi ? Quand ? Comment ? Où ?
redaction web texte
  • Quel que soit le sujet, vous devez le vulgariser pour vos lecteurs. A moins bien sûr que vous vous adressez à une cible professionnelle ou pointue, où il faudra donc à contrario parler « pro », technique, en utilisant le vocabulaire adapté ainsi que les codes de la profession ou du domaine.
  • Les mots clés dans le texte doivent être mis en gras.
  • Évitez les répétitions. L’erreur classique des débutants est la redondance de certains mots à peu d’intervalle de texte, et parfois même pire dans la même phrase. Pour vous rafraîchir la mémoire, usez et abusez des dictionnaires de synonymes présents sur le Net.
  • Évitez les discours trop personnels (le « Moi Je » ), trop pompeux, trop commerciaux. En un mot, n’essayez pas d’en faire trop. Souvenez-vous que le mieux est l’ennemi du bien. Soyez donc vous-même c’est le meilleur moyen de plaire. Sur le web, personne ne cherche de la grande littérature donc vous pouvez adopter un style parlé. En fait, le principal est d’apporter de l’information.

Le contenu

alimenter site web
  • Pas de duplicate content. Il est parfaitement inutile et contre productif de copier du contenu qui vous plaît sur un site tiers. Vous pensiez peut-être que personne ne retrouvera ce texte issu d’un site parfaitement inconnu. Sachez que vous ne pouvez tromper Google à ce jeu là, et qu’enfin celui-ci sanctionne sévèrement cette pratique. Faîtes plutôt du « rewriting », c’est à dire réécrivez l’article à votre sauce, ou encore mieux consultez le maximum d’articles similaires et faites en votre version.
  • Utilisez le présent tant que possible.
  • Évitez les phrases à rallonge. Pensez au lecteur qui s’essouffle en lisant votre magnifique phrase de trois ou quatre lignes.
  • Veillez à garder une cohérence dans le ton employé et le style d’écriture. Ne commencez pas « corporate » pour finir avec un ton magazine.
  • Donnez des dates précises plutôt que des indications du type « dans deux mois ». Pensez que votre article sera peut-être lu dans cinq ans et qu’il doit rester facilement compréhensible et lisible.
  • Enfin et surtout se relire, se relire, et se faire relire. Les journalistes usent d’une technique très efficace, c’est de relire son texte à haute voix. Les défauts apparaîtront de manière à vous sauter aux oreilles. Et c’est une excellent technique pour détecter les moments de respiration nécessaires, les lourdeurs etc …

Illustrer un article web

Vous connaissez la chanson, « une image est plus parlante que mille mots ». Je ne vais pas vous la refaire. Un article bien illustré est agréable à lire, et cette illustration attire l’œil et le cas échéant l’incite à s’intéresser au texte. Il est donc très important de bien choisir son ou ses illustrations après avoir rédigé son article.

Une des premières choses avant d’aborder les illustrations est d’aborder les droits d’auteur. Disons le tout de suite : non vous ne pouvez pas prendre n’importe quelle image sur le web, et vous l’approprier pour illustrer cet article. La législation concernant la propriété intellectuelle vaut aussi sur le web. L’enfreindre, c’est s’exposer à de sévères sanctions, car cette question est prise très au sérieux. Alors si vous ne voulez pas avoir la désagréable surprise de vous réveillez un matin avec la lettre d’un avocat dans votre boîte, soyez intransigeant sur cet aspect. Il existe des sites spécialisés qui vendent des images utilisables pour le web (Fotolia, Shutterstock…). Sinon, prenez vous-même vos photos.

Les illustrations choisies doivent bien sûr correspondre au sujet traité dans l’article. Elles jouent un rôle clé dans la présentation et surtout dans l’attractivité de celui-ci. Le visiteur de votre page va commencer par lire votre titre, puis son regard va être attiré par l’illustration, puis si ces deux éléments l’intéressent il va s’engager dans la lecture de votre papier.

Les photos viennent également donner un petit coup de pouce à votre référencement. Utilisant un moteur de recherche spécifique, elles vous permettront d’y figurer et d’y être référencé. C’est un chemin supplémentaire pour découvrir votre site. Pour référencer une image il faut veiller à bien remplir  l’attribut « alt » de celle-ci en y insérant votre mot clé principal.

Pour les retouches photos, vous aurez besoin d’un logiciel de type « Photoshop » (ou Gimp gratuit). Avec un peu de pratique, vous pourrez proposer vous-même vos propres illustrations originales.

article web illustration

En conclusion

Partez d’une idée forte, d’une information, voire même d’une question, et creusez. Croisez les sources, approfondissez certains aspects s’il le faut, cela vous donnera de la matière pour construire votre article. Se mettre dans la peau de ses lecteurs pour épouser leurs centres d’intérêt, anticiper leurs attentes, est le bon état d’esprit à adopter pour une stratégie éditoriale sur le long terme. Gardez bien à l’esprit qu’il vous faudra vous armer de patience. Les six premiers mois risquent d’être laborieux, voire décourageants en terme de rapport travail/visites. Mais il ne faut surtout pas perdre espoir, c’est une étape à franchir. Profitez justement de ces temps un peu creux pour peaufiner votre écriture, faire des essais, innover. Considérez cela comme une période de rodage nécessaire.

Enfin, si vous ne pensez pas trouver vos marques assez rapidement, pensez à nous contacter pour une formation en rédaction web.

Help-Desk